Anarchive Part 2 : Communication Chronicles

Anarchive Part 2 : Communication Chronicles



La Fondation Fluxum présente ses archives sous divers éclairages thématiques dans un processus scénographique participatif qui accompagne le grand projet de leur valorisation digitale.

Ouvrir les boites, éparpiller leurs contenus, assembler et désassembler, mettre en lien, recomposer les nombreuses histoires écrites depuis la création de la Fondation en 2002, tel est le processus de travail que la Fondation Fluxum s’engage à mener de manière ouverte et interactive lors d’une exposition évolutive et espiègle, conçue et élaborée au fil des découvertes. 
Le point de départ de cette proposition revisite le projet Constellation Merce Cunningham car le principe même de la constellation est au cœur de l’anarchive : à savoir suivre un mode de fonctionnement aléatoire qui va d’histoire en histoire, inspiré de la pensée rhizomatique de Deleuze & Guattari et de la boite à outils de Foucault. 

La Fondation effectue un grand virage digital pour créer son anarchive, soit une archive vivante et partagée, conçue comme un outil de recherche et de créativité. 
Le processus de l’anarchive consiste en une nouvelle approche de la connaissance par le biais des technologies. L’historien des médias Siegfried Zielinski, père de ce concept particulier de l’archivage, explique comment les œuvres produites par des artistes se trouvent transformées lorsqu’elles finissent dans des archives classiques dont les structures leur sont étrangères. D’où la nécessité d’une alternative qui puisse offrir une logique de la pluralité et des variantes adaptées aux événements et aux mouvements de la création artistique. L’anarchive apporte une perspective innovante et en flux qui complémente l’archive physique, stable et pérenne de la Fondation dont la mission est de soutenir la danse.